Survivre sans Senteurs

Comme je l’ai dit dans mon dernier billet, nous sommes particulièrement fiers qu’Athena Cosmetics soutient de toutes ses forces la recherche et la sensibilisation pour le Cancer du Sein. En France, nous faisons notre bonne action en offrant des «Trousses de l’Exploit» soit six semaines de soins de nos trois produits–clé RevitaLash® présentés dans une jolie trousse, à des femmes qui passées par la chimiothérapie, la radiothérapie, cherchent à retrouver la part de beauté naturelle et de féminité qu’elles ont perdues au cours des mois de traitements traumatisants.

Dernièrement, tout en parcourant la presse, ce qui est un rituel du dimanche matin lorsque je suis chez moi, un article a attiré mon attention, car il mettait un coup de projecteur sur un aspect moins connu en ce qui concerne les effets sécondaires des traitements contre le cancer en l’occurrence la perte ou l’augmentation du sens olfactif, ce qui pourrait paraître  totalement négligeable au regard des effets d’un traitement vital, douleur, cicatrices, perte des cheveux, mais qui est, si on en croit Michelle Heather qui a levé le voile sur le sujet, un petit peu plus complexe qu’il n’y parait.

Dans notre vie, les fragrances forment une véritable machine à remonter le temps.

Celle de la « Madeleine » de Proust dans « A la recherche du Temps Perdu » en est un parfait exemple.  Les fragrances sont associées à une multitude de choses. En ce qui me concerne, le talc « Muguet » de Yardley de ma tante, représente un souvenir constant de cette femme extraordinaire.  Je « vois » toujours le petit, l’exquis flacon « Calèche » d’Hermès posé sur la coiffeuse de ma mère, et « Diorella » me rappellera toujours que c’était « mon premier ».

Comme nous le savons, il est très difficile d’imaginer un monde sans parfum au moins comme on s’en souvenait, mais c’est ce que Michelle Heather a dû faire, tout comme beaucoup de femmes dans la même situation.

Michelle a passé des heures à chercher sur les forums des réponses.  Des solutions qui fonctionnent pour les cils, les sourcils, la perte des cheveux surgissaient sur écran (merci RevitaLash® !) mais personne ne semblait sérieusement prêt à admettre une nette augmentation de l’odorat.

Avant, mettre quelques gouttes de parfum lui donnait confiance en elle même, elle se sentait plus attirante, mais après ses traitements même une simple crème avec une fragrance discrète la rendait malade.  Il en était de même pour les shampoings et les fleurs fraîches!

C’est une conversation de pur hasard avec une rédactrice en chef de beauté qui l’a menée à rencontrer le Maître Parfumeur Roja Dove et c’est lui qui l’aurait aidée à retrouver l’odorat, ce grand amour disparu.

Immédiatement celui-ci a compris le dilemme dans lequel se trouvait Michelle et il l’a rassurée sur le fait qu’après un choc physique ou émotionnel il était importante de ne pas s’entourer de choses agressives ou étrangère et que bien au contraire il vous était nécessaire de trouver des senteurs qui vous redonne le bien-être, la confiance…et bon!

Il l’a tranquillement amenée à faire un petit voyage sensoriel comme marcher dans un magnifique jardin ce qui la conduite à rencontrer comme par hasard la douce et enveloppante senteur du lilas.

Depuis, elle a commencé d’autres aventures avec des parfums tels que Basilic et Mandarine de Jo Malone, les tonalités fraîches des agrumes de l’Eau d’Hadrien d’Anouk Goutal, ou encore « Le Petit Grain »  de Miller Harris, un subtil mélange d’orange et de romarin avec sa note très « terrienne ».

Bien qu’elle n’ait jamais été une adolescente turbulente, une «executive woman»  avec la garde-robe qui va avec ou même une mariée romantique, sa survie au cancer l’a changée et dans une certaine mesure ceci la dirigeant vers des parfums plus pointus, plus frais avec une identité plus prononcée, elle s’est enfin retrouvée. Et pour citer Michelle « Dorénavant, la notion de romance est tout simplement d’être en vie!»

Survivre sans Senteurs